Page 4 - revue_N29_janvier_2020
P. 4

INTERVIEW




                                        GIANLUCA ESPOSITO,



                             SECRÉTAIRE EXÉCUTIF DU GROUPE D’ÉTATS


                                    CONTRE LA CORRUPTION (GRECO)


                                          DU CONSEIL DE L’EUROPE






         PROPOS RECUEILLIS PAR JOCELYNE KAN, RÉDACTRICE EN CHEF DE LA REVUE DU GRASCO






         L.R.D.G.  :  Quelle  est  la  genèse                                  Recommandations  sur les codes
         de la création du GRECO par le                                        de conduite pour les agents pu-
         Conseil de l’Europe en 1999 ?                                         blics  (Recommandation  n°  R
                                                                               (2000) 10) et sur les règles com-
         Au milieu des années 1990, il y
         a  eu  une  reconnaissance  crois-                                    munes contre la corruption dans
         sante  de  la  part  de  nos  États                                   le  financement  des  partis  poli-
         membres  du  fait  que  la  corrup-                                   tiques et des campagnes électo-
         tion sape les valeurs qui sont au                                     rales   (Recommandation      Rec
         coeur  du  Conseil  de  l’Europe,  à                                  (2003) 4) ont été adoptés.
         savoir  la  démocratie,  l’État  de                                   Le 2e Sommet des chefs d’État et
         droit  et  les  Droits  de  l’Homme.                                  de   gouvernement     des   États
         La  corruption  empêche  aussi  le                                    membres du Conseil de l’Europe a
         développement  social  et  écono-                                     décidé  de  la  création  du  Groupe
         mique  de  nos  sociétés  car  elle                                   d’États   contre   la   Corruption
         freine  les  investissements,  ré-                                    (connu sous l’acronyme « GRECO »)
         duit  les  revenus  fiscaux,  rend                                    qui a vu le jour deux ans plus tard
         les  services  publics  inefficaces,                                  en  1999  sous  forme  d’un  Accord
         augmente  les  inégalités,  et  met                                   partiel et élargi.
         en  péril  les  institutions  finan-
         cières. Plusieurs affaires de cor-  et  institutionnel  afin,  d’abord,  Il  s’agit  d’un  Accord  «  partiel  »
         ruption  ont  éclaté  à  cette     d’harmoniser  les  cadres  juri- car,  à  l’époque  de  sa  création,
         époque  dans  nombreux  États      diques nationaux et, ensuite, de  certain  États  européens  esti-
         membres,  comme  par  exemple      s’assurer – par le biais d’un mé- maient que la lutte contre la cor-
         l’enquête « Mani Pulite » (« Mains   canisme  de  contrôle  internatio- ruption  n’était  pas  une  priorité
         Propres ») en Italie.              nal – la mise en oeuvre effective  dans  leur  Pays.  Depuis,  les
                                            de  ces  normes.  C’est  ainsi  que  choses ont changé et, à partir de
         Dans  ce  contexte,  les  ministres  les 20 Principes directeurs pour  2010, tous les 47 États membres
         européens  de  la  Justice,  réunis  la  lutte  contre  la  corruption  du  Conseil  de  l’Europe  sont  de-
         en  1994  à  Malte  et  1997  à  (Résolution (97) 24), les Conven- venus  membres  du  GRECO  de-
         Prague,  ont  convenu  la  mise  en  tions pénale et civile sur la cor- vant  reconnaître  que  la  corrup-
         place  d’un  cadre  conventionnel  ruption  (STE  173  &  174),  et  les  tion  nous  concerne  tous.  Elle



         4

                                                       N 29– Janvier 2020
                                                        °
   1   2   3   4   5   6   7   8   9