Page 10 - revue_N34_juillet_2021
P. 10

de stupéfiants et le blanchiment  organisations transnationales, etc.  tâches se constate aussi bien dans
         de ses bénéfices sont des activi-                                     les  structures  de  taille  moyenne
         tés criminelles indissociables. La   Ces  groupes  criminels  ont  tous   que  dans  les  plus  puissantes.  La
         première procure des sources de    pour objectif de gagner des parts   spécialisation  par  branches,  ou
         revenus illicites, la seconde dis-  de marché et de générer le maxi-  parfois  le  recours  à  de  la  sous-
         simule  leur  origine  frauduleuse   mum  de  profits  en  diminuant   traitance  pour  une  partie  des
         et  assure  leur  réintroduction   les  coûts  et  en  prenant  le  mini-  activités, se traduisent fréquem-
         dans le circuit économique légal   mum  de  risques.  Ils  présentent   ment  par une césure entre les fi-
         en  France  et  à  l’étranger.  Diffé-  pour  certains  des  niveaux  de   lières  d’approvisionnement  et  les
         rentes méthodes sont utilisées à   structuration et de professionnali-  filières de distribution. Avec pour
         cet effet : l’achat et la revente de   sation très sophistiqués, fonction-  but, à la fois de gagner en efficaci-
         biens  de  grande  valeur  (or,  bi-  nent comme une entreprise com-  té et de réduire les risques de dé-
         joux,  articles  de  luxe,  voitures,   merciale et agissent comme tout   tection, ces deux filières sont res-
         etc.),  la  réinjection  de  l’argent   commerçant  capable  de  s’adap-  pectivement prises en charge par
         du  trafic  dans  des  commerces   ter  aux  évolutions  du  marché,   des  «  prestataires  de  service  »
         de  proximité  et  des  sociétés  lé-  notamment  grâce  à  la  manne   spécialisés   et  par  une  «  main
                                                                                         2
         gales  (restauration,  boutique  de   financière générée par les trafics   d’oeuvre  »,  de  type  intérimaire,
         téléphonie, BTP, etc.), le recours à   de stupéfiants.                travaillant de façon occasionnelle
         des  systèmes  bancaires  occultes                                    et  dédiée  à  des  missions  spéci-
         aux  ramifications  internationales,   A. Agilité et adaptabilité des   fiques  (gérants  des  points  de
         etc. Cette introduction de l’argent  groupes criminels                vente,   revendeurs,   guetteurs,
         de  la  drogue  dans  l’économie  lé-  Les  groupes  criminels  adoptent   nourrices, etc.).
         gale  est  alors  source  de  déséqui-  le plus possible les modèles or-
         libres  économiques  (fraudes  so-  ganisationnels  des  entreprises   ii.  Alliances  opportunistes  et
         ciales  et  fiscales,  travail  dissimu-  commerciales  aux  activités  lé-  mise en concurrence des pres-
         lé,  corruption, etc.)  et  de  concur-  gales,  en  achetant,  acheminant   tataires de services
         rence  déloyale.  Dans  le  contexte   et  distribuant  de  grandes  quan-
         de  crise  sanitaire,  le  risque  de   tités  de  produits  stupéfiants  de   Tout comme les entreprises com-
         blanchiment  via  les  sociétés  lé-  manière  organisée,  profession-  merciales,  les  groupes  criminels
         gales françaises est aggravé. Vulné-  nelle et cloisonnée.            ne sont pas figés dans leur orga-
         rables  économiquement,  les  entre-                                  nisation.  Au  contraire,  ils  fonc-
         prises en grande difficulté sont en   i. Division du travail          tionnent  de  manière  opportu-
         effet  plus  enclines  à  accepter  de   Grâce à leurs ressources humaines   niste  dans  leurs  modes  opéra-
         « l’argent  sale » de  la  criminalité   et financières et leurs moyens lo-  toires.  Ainsi,  ils  ne  recourent
         organisée, notamment du trafic de   gistiques,  les  groupes  criminels   pas   systématiquement   aux
         stupéfiants.                       recourent,  telles  les  entreprises   mêmes  prestataires  ou  parte-

                                            commerciales,  à  la  filialisation   naires.  Les  équipes  de «  petites
                                                                               mains  »,  à  titre  d’exemple,  sont
         II.  Un  marché  dirigé  par       par  activité.  Ils  organisent  ainsi   fréquemment renouvelées et sont
         des  groupes  criminels  em-       leur  activité  à  travers  un  agrégat   recrutées de façon variée : sur le
         ployant  les  codes  des  en-      de  structures  en  apparence  dis-  territoire  de  vente  de  l’organisa-
                                            tinctes  les  unes  des  autres,  mais
         treprises  commerciales  lé-       en  réalité  créées  pour  assurer  le   tion  ou  à  l’extérieur,  via  les  ré-
         gales                              continuum entre la main d’oeuvre   seaux sociaux ou directement sur
                                                                               place.  Elles  peuvent  même  être
                                            du bas de l’échelle et du point de
         Le marché des stupéfiants est gé-  vente  (guetteurs,  charbonneurs,   enrôlées au gré des alliances entre
         ré  par  des  opérateurs  écono-                                      trafiquants et être mises à dispo-
         miques  atypiques  :  les  groupes   nourrices,  etc.)  et  le  «  chef  d’en-  sition  d’autres  groupes  criminels
         criminels.  Ces  groupes  criminels,   treprise  »  (commanditaire).  La  fi-  opérant  sur  des  territoires  diffé-
         telles  des  entreprises  commer-  lialisation permet également aux   rents.  De  même,  les  groupes  cri-
         ciales,  sont  de  dimensions  va-  commanditaires de gérer de loin   minels n’hésitent pas à faire jouer
         riées  :  auto-entrepreneurs,  très   ce  trafic,  sans  risquer  d’être re-  la  concurrence  pour  recruter  les
         petites  entreprises  (TPE),  petites   pérés.                        prestataires   de   services   au
         et  moyennes  entreprises  (PME),  L’objectif  de  compartimenter  les  moindre coût.


         10

                                                        °
                                                       N 34– Juillet 2021
   5   6   7   8   9   10   11   12   13   14   15